Juin-1937

Cahier n°37

1[er] juin 1937

Ma lettre à Expert, effet immédiat. À peine l'eut-il qu'il se précipitat au téléph[one] pour me demander rendez-vous. Rendez-vous immédiat. Des "Monsieur le directeur" tant que j'en ai voulu. Explications emberlificotées. Le fond de tout cela est toujours le même. Huisman lance les gens. Les gens, vanité et lâcheté, acceptent. Ainsi se créent ces situations dont je dois faire semblant de m'étonner, sinon de m'offenser. Il est certainement aussi derrière le papier de "rénovation de l'enseignement des Beaux-Arts". Pour cette histoire de cinéma, je crois qu'Expert est moins innocent qu'il [ne] veut le dire. Que c'est bête de s'être mis dans le cas d'avoir à s'occuper de toutes ces bêtises.

Déjeuner des Amitiés Internationales à la mémoire de Briand. Un homme est-il un grand homme qui renonça à ses entreprises sans lutter à fond? (Cannes.) Il incarne cependant le programme pacifiste.

Soirée au théâtre de Baty. Faust. C'est presque celui de Gounod, sans la musique. Médiocrement joué. Médiocrement mis en scène. Faust et Marguerite spécialement faibles. La nuit de Walpurgis : bien faible.

2 juin [1937]

Réception bi-hebdomadaire à l'École. Les logistes peintres viennent réclamer une augmentation de subsides de l'Institut.

Au courrier je reçois lettre de Lamblin me convoquant pour vendredi en huit à la réunion d'une commission spéciale chargée par le Comité Central des Arts Appliqués d'établir la réforme de l'enseignement des B[eau]x-Arts, y compris l'enseignement supérieur. C'est de là qu'émane ce papier inadmissible reçu l'autre jour. Rien ne dit si ce Comité s'est chargé lui-même de cette besogne, ou s'il en a été chargé par le ministre. Quand j'en ai parlé à Zay l'autre jour, il avait l'air de tout ignorer. Huisman, qui est au courant, a l'air de considérer qu'il s'agit là de travail de commissions d'étude qu'il ne suit pas. Mais c'est sûrement lui encore qui est au départ.

Tout ça m'oblige à prendre bien du temps, à perdre, car il ne s'agit en fin de compte que de pouvoir faire un de ces jours une belle annonce dans les journaux et à placer quelques copains.

3 [juin 1937]

Jury au Salon. Composé de gens bien différents que celui de l'Exposition, il abouti aux mêmes résultats médiocres. Il y a des emballements inexplicables. Des rejets non moins inexplicables. C'est aussi du temps perdu. C'est le seul résultat concret.

Étant donné la difficulté du problème monument Jouvenel, je crois mon esquisse bonne.

Dîner chez les Bosworth qui viennent de se construire à Vaucresson une fort confortable maison. Retrouvé Haseltine et sa femme, il y avait les Cartier, les bijoutiers de New York frères de ceux de Paris. Rien de sensationnel. Je ne peux jamais voir Bosworth sans penser à sa première visite à propos du Temple et du formidable espoir que j'ai eu un moment.

4 [juin 1937]

Encore au Salon. Prix de l'Institut. Réunion mal organisée puisque le jury n'était pas constitué comme il fallait. Désordre du secrétariat. Même là il y a désordre. D'un côté il y a désordre par excès de volonté de renouveau. Ici c'est par excès d'indifférence. Les extrêmes se touchent.

Je peux arriver à S[ain]t-Mandé assez de bonne heure pour retoucher, je peux dire refaire, la tête de l'ouvrier européen du monument Thomas. C'était indispensable. Le groupe est sauvé.

Déjeuner au jardin zoologique de Vincennes où j'ai vu une autruche mâle se livrer à d'étranges ébats. L'animal brusquement s'accoude, c'est le seul mot possible, sur ses calcaneums, écarte ses belles ailes noires, puis se dandeline de droite et de gauche, comme les Aïssaouas quand ils s'abrutissent en hurlant Allah! Allah!, frottant son cou contre son dos, les yeux mi-clos; en même temps une partie du cou se gonfle. Cela dure cinq minutes et plus. Après quoi il se relève, court quelques pas et recommence, comme s'il n'en était rien, sa promenade dans sa propriété prison.

Aussitôt fini à S[ain]t-Mandé, je vais à Boulogne me changer pour l'inauguration du Salon des Anciens combattants. Le groupe Briand est installé dans l'atelier. Je n'ai pas bonne impression. La tête de La Paix ne rend pas. Ça ne peut pas rester. Mais quand trouver les quelques heures nécessaires pour les retouches? Avec cette inauguration, cette nécessité de patiner le plâtre. Quelle misère d'avoir eu affaire à ce Tissier stupide, à ce lâche Bigot. J'en veux encore plus à B[igot] qu'à Tissier qui n'est qu'un politicien. Lily me disait qu'au déjeuner des A[mitiés] I[nternationales] Bigot lui a dit :

— Eh bien, il s'en est tout de même sorti de son groupe.

Reflet évidemment de ce que lui souffle Bouchard, malheureusement si venimeux quand il s'agit d'autres sculpteurs. Il faut que je ne rate rien en ce moment.

Après la cérémonie de l'École, à l'ambassade de Belgique. Conversation avec Rivollet sur l'Italie. Il est de ceux qui auraient voulu des sanctions à fond contre l'Italie au moment de la guerre abyssine.

Dîner chez Mme Malaterre-Sellier, retour de son voyage en Extrême-Orient. Il y avait le ménage sympathique Sautereau et Mme Lippens, personne belge, qui accompagnait Mme Malaterre. Elles paraissent rapporter de ce voyage avant tout une impression de terrible misère, surtout en Chine et aux Indes. L'Indochine serait mieux. Le personnel français est remarquable. Aux Indes, dans les villes, Calcutta, Bombay, les gens couchent dans les rues par milliers. Leur maigreur est épouvantable. Cadavres vivants. Les Anglais se consolent en disant :

— Si nous n'étions pas ici, ce serait pareil.

Mme M[alaterre-Sellier] conclut que la richesse anglaise est faite de la misère du peuple qui travaille pour rien. Le sort de l'Indochine est très misérable, mais le 20/20 revient à la Chine, notamment à la ville de You San Fou, dans le Yunnan. Les hommes y circulent portés par les femmes… On les vend, comme on vend les enfants, dans les marchés. Un progrès a été accompli ces dernières années par l'introduction des pousse-pousse. On vit nu ou presque. Après cela l'Indochine semble un paradis pour les indigènes. Difficile d'ailleurs d'améliorer leur situation. Ils se refusent à quitter leurs rizières marécageuses pour les plateaux plus sains. On a essayé. Certains qu'on avait installés sur des terrains ensemencés, après avoir recueilli la récolte sont retournés à leur rizière. Au retour, passage à Djibouti. Sur leur bateau est monté le gouverneur de Dj[ibouti], qui avait assisté à toute la guerre. Très inquiet. Aucun autre port n'est possible. Pour lui, aucun doute que les Italiens n'essayent un jour de s'en emparer. Mais il a la plus mauvaise opinion de leur valeur. Ils ont gagné cette guerre sans rencontrer de réelle résistance contre des troupes sans armes et sans commandement. Même ces malheureuses hordes les arrêtaient. Les gaz hypérites et l'aviation [ont vaincu?]. Depuis ils se conduisent avec une cruauté inouïe, détruisant, cherchant réellement à anéantir tout ce qui est abyssin. Les massacres d'Addis-Abeba, après l'attentat Graziani sont inimaginables. Plus de 30 000 assassinés, des familles entières, même les bébés.

5 juin [1937]

Je me suis fait porter malade. J'ai décommandé tous mes rendez-vous. J'ai repris dans le plâtre les têtes du mon[ument] Briand. J'ai bien fait. C'est à peu près sauvé. C'est quand même tragique, il n'y a pas d'autre mot, de livrer "aux fauves" comme disait Delacroix quand il parlait des critiques, une œuvre dont on n'est pas satisfait, qu'on n'a pas eu le temps d'achever et même de corriger. De plus, je me suis aperçu que Colin avait mal ajusté la tête de l'enfant, avec toutes ces coupes qu'il a fallu faire. Elle est un peu trop tournée, un peu trop penchée… Enfin j'arrangerai cela pour le modèle qui sera fondu. Dans l'ensemble, espérons que ça passera.

6 [juin 1937]

Joli dimanche au Moulin. Serait-ce vrai qu'à mesure qu'approche le moment de retourner en terre on aime à s'en rapprocher? Le travail du jardinier consiste à empêcher de pousser toute une catégorie de plantes qui veulent vivre et à développer d'autres plantes qui ne demanderaient peut-être qu'à rester tranquilles, ou tout au moins à jouer un rôle moins prépondérant. C'est, du point de vue strictement humano-alimentaire, un épisode de la lutte du bien et du mal.

Courte visite aux Darras. Conversation sur l'exposition du Petit Palais. Il avoue qu'un certain nombre de marchands[1] sont dans le comité, dont Vollard et Mme P[aul] Guillaume. Mme P[aul] G[uillaume], après un article de Aux Écoutes, a téléphoné à Escholier pour lui proposer de retirer ses toiles. "Pas du tout" a répondu Escholier. Je n'ai pu m'empêcher de dire à Darras ce que je pensais de tout l'actuel trafic[2]. Plus on approche près des puissants du jour, plus on s'étonne de la médiocrité de la plupart. On se dit : "quelle époque!" Mais toutes les époques ont été semblables. La différence entre celle-ci et le passé est peut-être dans la volonté concertée de l'injustice. Jusqu'à ces dernières années, elle était involontaire. Je crois aussi que le facteur "négoce" joue un rôle de plus en plus grand.

Visite de Deshairs à propos du fameux programme de réforme de l'enseignement. Défend le point de vue de son École. Venait aussi m'affirmer qu'il n'était absolument pour rien dans le papier des cinq augures, en fait le rapport Deshairs. Il faut que je termine d’urgence ma réponse. Quel ennui[3] d’avoir à s’occuper de tant de sottises. Presque plus le temps de sculpter. Et fatigue. Et tristesse. Ce petit Deshairs. Entêté et rusé :

— Je ne suis qu’un petit personnage… Mon École a des visées très modestes. Mais nécessité de la culture générale.

Ah ! La culture générale. C’est le grand paravent. Mais ça n’empêche pas qu’on crée peu à peu un double de l’Éc[ole] des b[eau]x-a[rts]. Ce qui est idiot, car cela empêche déjà et empêchera de plus en plus les deux écoles de donner leur plein rendement. Cela aboutit en effet à des cours doublés. Cette École des A[rts] d[écoratifs] est en porte-à-faux de deux côtés. Du côté de l’École des b[eau]x-a[rts] qui veut l’empêcher d’empiéter sur son domaine[4], en protestant contre le diplôme d’État. Elle est en porte-à-faux du côté de l’École des Arts appliqués, qu’elle doublerait si elle créait des ateliers de technique, ce que les A[rts] a[ppliqués] ne veulent pas laisser faire. Comme les frontières entre l’art pur et l’art décoratif d’une part, celles entre l’art décoratif et l’art appliqué d’autre part sont assez difficiles à déterminer, cette École apparaît en définitive comme une inutilité, à moins de la spécialiser dans la création de modèles d’art appliqué. Mais comment être créateur de modèle sans être technicien ? Et pourtant là doit être son rôle exclusif, en fait une section de l’École des beaux-arts. Là est la seule réforme logique, en même temps avantageuse pour le budget. Je vois d’ici le plissement des yeux chinois de Deshairs si je dis ce point de vue : quand il discute, par moments, il ferme les yeux brusquement comme des mâchoires.

8 [juin 1937]

Travail aujourd’hui. Cygne de Fauré. Celui qui va devant. Après-midi reprise dans le plâtre de la Muse de Fauré. Sur un plâtre déjà avancé, ce travail est avantageux. On arrive à des fermetés impossibles en terre. Je vais reprendre ainsi toute cette figure. Je trouve aussi l’arrangement du socle, sa réunion avec le fond du bassin.

Mais le moment culminant de ma journée était mon rendez-vous du soir avec Huisman. Je trouve de plus en plus idiot de m’occuper de toute cette cuisine. Je pense plus à tout ça qu’à ma sculpture. Tristesse et fatigue. Reçu d’abord par Lamblin qui marqua le coup de ma lettre : « Suis-je un invité provisoire ou suis-je membre de cette commission ? »

— Mais bien sûr, vous [êtes] en première ligne.

Je demande :

— À cette réunion de vendredi, aurai-je le droit de dire ce que je pense du rapport Magne?

— Mais bien sûr!

Ce n'était pas très l'avis de Huisman qui ne trouve pas ce rapport tellement sévère et injuste [5]. Qu'est-ce qu'il lui faut?

Ce qui est terriblement dangereux pour les Beaux-Arts actuellement, est que les hauts fonctionnaires dont il dépendent (Huisman, Cassou) ont des prétentions à s'y connaître…

Avec Huisman cela semble avoir bien marché. Je crois qu'il va réunir enfin le Conseil Supérieur pour faire les nominations de professeurs. Mais…

9 juin [1937]

Mais à Guérin qui lui téléphonait aujourd'hui, Siméon répondait :

— Le Conseil Supérieur? Mais il n'existe plus.

— Comment! et les nominations de professeurs!

— Les nominations? Il s'en fout!

Ce matin visite d'un groupe de jeunes architectes finlandais. De nombreuses jeunes filles. Notre École leur a fait un chaleureux accueil.

Visite d'Expert et de Gramont. Le fond de la question pour Gramont est qu'il doit gagner fort peu et que son travail pour le film lui sera sans doute rétribué.

Trouvé lettre de Jean Cassou, sur mon bureau depuis deux jours, que Guérin, bien négligent, ne m'avait pas signalée quand je lui ai téléphoné. J'ai immédiatement répondu, en envoyant notre proposition de composition du Conseil et notre point de vue sur les vacances et les candidatures.

Visite à des Russo-Allemands réfugiés où j'ai vu un fort beau Constable et je crois aussi un beau Renoir? En tout cas deux très beaux tableaux.

10 [juin 1937]

Visite de M. Lafaye, député de Bordeaux, président du groupe de l'Art à la Chambre. Un petit monsieur aussi haut que large de face et de profil. Quelle peut bien être sa profession dans le civil! Accompagné du petit jeune homme, type classique du secrétaire des hommes politiques. L'un et l'autre aussi ignorants l'un que l'autre, de manière évidente, des questions d'art, m'ont paru remplis de la même bonne volonté. Comme il y avait de belles filles qui posaient dans des ateliers, l'École les a vivement intéressés. On me demande de venir un jour à la Chambre, devant le groupe, en parler.

Après-midi visite de Gosset pour le buste du pauvre Dr Proust. Il a été enchanté. Il me parle des limites d'âge à la Faculté de médecine, des classes exceptionnelles qu'on va créer. Il me dit :

— C'est une véritable foire d'empoigne.

Et je passe ma fin de journée et ma soirée à répondre à ce programme de réorganisation de l'enseignement des Beaux-Arts que je ne sais au nom de qui le comité, qui s'appelle Comité Central des Arts Appliqués, a rédigé, et qui est si bête pour l'École des baux-arts.

11 [juin 1937]

Et j'y ai passé aussi ma matinée au lieu de travailler ou d'assister à la séance de Coopération Intellectuelle. J'ai donc lu cette réponse. Il y avait là Prost et Freyssinet, Paquet l'onctueux, Niclausse, Deshairs dont le nom m'apparaît de plus en plus comme tout le programme, Sabatté, Expert, Hourticq, Laprade et je ne sais plus qui, Mme Brayer aussi. Mon papier les épate. On ne sait qu'y répondre. Et comme je ne veux blesser personne, on vote simplement, à ma demande, le retrait de toute la partie bêtement désobligeante du papier officiel.

12 [juin 1937]

Confidences singulières reçues aujourd'hui de la femme de mon élève La Peyrière [ ?]. Elle divorce me dit-elle :

— Je ne plais pas aux hommes. Je plais aux femmes. Je ne dis pas que si j'en avais l'occasion je n'aimerais pas un homme. Mais je ne leur dis rien. Mon mari me fait mal. Il a eu plusieurs maîtresses. Il a quand même été furieux quand il a appris que j'avais aussi une maîtresse. Si on savait qui c'est, ça en ferait un scandale! (Elle pouffe derrière sa petite main grasse.) C'est Mme Y., la fille du membre de l'Institut! Mon mari a trouvé des lettres. Vous ne pourriez pas essayer de lui en parler, de lui dire de me les rendre, lui recommander de ne pas faire de scandale, puisqu'il est d'accord avec moi pour le divorce, etc.

Elle me racontait tout cela, avec le plus parfait naturel, me regardant bien en face de ses gros yeux marrons qui lui sortent un peu de sa petite tête toute ronde aussi, comme sa petite bouche toute ronde aussi, aussi épaisse que large, tout ça dans une face un peu blafarde, avec des taches de rousseur. Je pensais : "quelle séduction peut-elle avoir pour une femme?" Mais quand on pense aux hommes et que les femmes les aiment, il ne faut s'étonner de rien. En fait les femmes sont beaucoup plus sensibles à tout un ensemble de choses parmi lesquelles l'aspect physique n'est pas au premier rang. Elle me quitte en me demandant de l'aider à obtenir une bourse pour un voyage en Italie. Car elle est intelligente, fait des conférences, prépare une thèse pour l'École du Louvre. Elle était drôle à voir de dos, descendre mon escalier, toute petite avec des hanches larges que son costume tailleur élargissait encore, sous un large feutre en peluche. Mais quand on est femme à femmes, il faut bien que ça se sache, sans doute.

Autre visite. Le docteur Besson. Le docteur Besson poursuit une ambition. Celle de professeur à l'École des b[eau]x-a[rts]. Il se fait recommander à moi pour cela par de très importants personnages. Il me demande pour cela de remplacer, sans attendre plus, le professeur actuel. Il s'agit de l'hygiène, de la salubrité, des habitations, des villes. Il a l'air d'un petit fonctionnaire tenace. Il a pris le programme du cours actuel, et avec un manque de tact désarmant le déclare insuffisant, propose de le remplacer par le sien, etc. Je l'éconduis poliment, mais comme il me paraît connaître son affaire, que Prost le recommande, je lui ferai faire quelques conférences l'année prochaine.

Je passe au monument Briand. Ça ne m'intéresse plus. Après tout, il était normal qu'une œuvre pour un homme aussi inconsistant, si parfaitement incapable de réaliser, fût également à moitié bien, à moitié ratée. Et puis l'entourage de cet homme! Comment aurait-il pu aller jusqu'au bout d'un programme quelconque avec tous ces médiocres, tous sans exception, autour de lui, qui pensaient surtout, comme c'est normal après tout, à leur présent et à leur avenir.

Mon groupe, trop petit, ne fait pas trop mal. Mais que c'est loin de ce qu'il aurait pu être. Et toute cette soi-disant architecture! Toutes ces corniches, moulures pour boiseries, exécutées en bronze! Voilà qui est bien nettement conçu uniquement pour coûter de l'argent. Ah! mes deux B. B[6].!

Demain inauguration.

Dimanche [13 juin 1937]

Passé ma matinée à rédiger une note pour Hourticq, Sabatté, pour la prochaine séance de cette commission de réf[orme] de l'enseignement des Beaux-Arts. Car voilà le défaut assez général, on vient à ces commissions en amateur, sans avoir étudié les questions, sans être prêt à combattre les thèses erronées, à défendre les siennes. Quelques gens qui espèrent, comme Magne, sortir de tout cela avec une situation, écrivent, parlent, attaquent, agissent. Et l'on se trouve tout à coup en présence de papiers comme le sien[7], répandus de tous côtés. Si je ne prépare pas pour les autres l'essentiel de ce qu'ils doivent dire et développer, ils se contenteront d'écouter avec scepticisme. Car il y a cela aussi. On est persuadé qu'il ne s'agit que de bavardage et que finalement rien ne changera. Pourquoi se donner la moindre peine alors pour ces questions d'intérêt général, alors qu'on a déjà tant à faire pour ses affaires à soi.

Inauguration du monument Briand. Ce fut à l'image de son action. Un ratage parfait.

Il semblait que tout le monde avait peur. Aucun enthousiasme vrai. De l'intelligence, pas du cœur. Discours du beau [Paul]-Boncour qui fait allusion au retard. Quel retard? Discours Tissier, assez énergique. Discours Blum qui dit que ce monument était inutile… Inutile comme tant de choses.

Et alors ce fut la plus belle démonstration du jemenfoutisme français : comme allait commencer le défilé des groupements politiques, sociétés, combattants, blessés, tous nos personnages consulaires grimpèrent dans leurs belles autos, les tribunes se vidèrent, tandis qu'à deux cents mètres apparaissaient les premiers rangs du cortège. On avait massé ces gens aussi loin que possible. De quoi avait-on peur? Ce fut un pauvre, triste, minable défilé. Un ratage aussi. Les gens n'étaient pas très nombreux. Ils cherchaient aux tribunes des visages connus. Il y avait longtemps que les visages connus avaient disparu. Je n'ai été ému que par un petit groupe, trois types, dont un long garçon mince et brun portait un lourd écriteau "Les objecteurs de conscience". Ils passèrent lentement, isolés, dans un grand silence. Ce sont les trois seuls types courageux de la journée!

14 [juin 1937]

Je ne suis pas arrivé à savoir aujourd'hui de Lamblin comment ni pourquoi ces cinq personnes, pareilles à mille autres, ont été chargées de ce rapport officiel, pourquoi l'enseignement technique s'est arrogé le droit de critiquer l'École des beaux-arts qui dépend de la direction des Beaux-Arts. Lamblin paraissait surtout se réjouir des engueulades futures qu'il prévoyait aux prochaines réunions de la commission.

15 [juin 1937]

Envoyé ma note numéro 2 à Hourticq, à Sabatté, à Pierre Marcel.

Je mets au point avec Ferraud le projet du centre de loisirs, qui constituera la participation de l'École à l'Exposition.

Tout à l'heure départ pour Genève. Je viens de recevoir la visite du jeune garçon qui m'apporte des propositions et des idées excellentes pour la présentation de mon monument à Fauré.

17 [juin 1937] Genève

Mon monument Albert Thomas fait bien, même très bien. Il a du succès. Les Genevois viennent le voir beaucoup. Je fais les retouches nécessaires, indispensables, surtout au bas-relief de Thomas.

Le Palais des Nations est bien. En général la peinture, la décoration est bien diverse et insuffisante. Sert a fait le plafond de la gr[an]de salle du Conseil. Je n'aime pas le principe du plafond décoratif à figures; de grands exemples, comme celui de la Sixtine, n'en justifient quand même pas l'illogisme. Il y a d'excellentes choses, malgré une contradiction gênante, très, de proportions et de parti coloré. Pourquoi à côté de la richesse de ces fonds d'or à figures de proportions heureuse pour la salle, ces quatre grands panneaux en camaïeu pauvre avec ces figures énormes qui détruisent partout l'échelle.

Nous rencontrons Grümbach, venu pour l'inauguration de dimanche. Promenade le long du lac. Il nous dit que Mussolini aurait chargé Badoglio d'organiser la guerre espagnole. Tout à coup il s'arrête, nous dit :

— Je n'aime pas qu'on me suive.

Et nous désigne un bonhomme qui s'arrête, puis passe devant nous et s'éloigne. La situation [de Blum à Paris serait assez délicate. Il lui faudrait les pleins pouvoirs, mais jamais il ne les obtiendra.]

[18 juin 1937 Genève]

[Travail au monument.

Retrouvé le bon Monsieur Dupuy, l'ancien secrétaire général de l'École normale, sa fille Madame Vigier. Pris le thé chez eux, dans une vieille demeure de la ville haute, au-dessus de notre monument de la Réformation. Madame Vigier nous dit que Sforsa[8] et Ferrero qui étaient dernièrement à Genève croient à un grand danger pour cet été.

Dîner au "Petit Bois", restaurant au-dessus du Palais des Nations, invités par Broggi. Il y avait le consul d'Italie, son adjoint, plusieurs dames dont une Madame Orlof, fort jolie. Il ne s'est rien dit d'intéressant. Les Italiens, surtout quand ils sont plusieurs, ne disent pas grand chose, mais on ne peut nier qu'ils soient bien intelligents. Est-ce à cause de ma jeunesse à Rome, je les trouve bien sympathiques.]

19 [juin 1937 Genève]

À la poste, rencontré Labro, l'architecte. De sa conversation, il ressort qu'il est ici pour y placer, en terrain, quelque argent.

Au monument je vois arriver le bon Fleg[enheimer]. Il est plus vaseux que jamais. Il marche, les genoux pliés, comme un cheval brassicourt. Les yeux sont aux trois quarts couverts par ses paupières. Il déjeune avec nous. On ne peut lui tirer un mot. Il s'est contenté d'exprimer son avis sur le vin blanc, qu'il trouvait bon.

Nous avons été voir Minouchette, dans sa sous-préfecture à S[ain]t-Julien. Sympathique vieille maison; sans doute, comme toujours, l'ancien évêché.

Les journaux annoncent l'ouverture de l'exposition du Petit Palais, des peintres indépendants, ou dits tels. Dans Excelsior, il y a un article complètement idiot de Vauxcelles, idiot, prétentieux et méchant. Les médiocres sont toujours envieux et méchants. C'est toujours la même formule : il n'est jamais rien sorti de l'École des b[eau]x-a[rts] de Rome. L'Institut est un ramassis d'abrutis. De l'autre côté, à la bonne heure!, etc. Il paraît que les marchands ont fait une caisse très importante pour s'assurer une publicité soignée pour cette affaire.

20 [juin 1937 Genève]

Inauguration du monument Albert Thomas. Déjeuner chez le président du B. I. T., avec Justin Godard, Mme Albert Thomas, qui ne fait plus de réserves pour la ressemblance et ses filles dont une est fermière en Normandie. Elle est fine et jolie. Elle se consacre entièrement à son exploitation. Elle préside les repas des faucheurs et laboureurs. Après réception au B. I. T. où je revois ce bien laid monument au Travail de Vibert, nous allons dîner dans les environs avec les Baud-Bovy et les Angst. Mme Baud-Bovy nous raconte les impressions d'une de ses amies revenue récemment d'Allemagne. Très impressionnée par les préparatifs guerriers. Il y a à travers toute l'Allemagne des abris clandestins, de véritables camps d'aviation souterrains. Des hectares de forêts sont interdits.

Passés au monument avant de rentrer nous coucher. Il était tard. Il y avait beaucoup de monde autour. Succès.

22 [juin 1937 Boulogne]

Trouvé une lettre de Laprade. Il me confirme qu'il n'avait pas eu connaissance du rapport Magne. Il avait pris part aux réunions. Jamais le texte ne lui avait été montré…?

À l'École, impossible d'obtenir la réunion du Conseil Supérieur pour la nomination des nouveaux professeurs en remplacement de ceux que la loi met à la retraite. Huisman prend prétexte de la crise ministérielle pour ne pas prendre de décision. Tout ça est bien antipathique. Il est complètement (m'assure-t-on, version V. et I.) dans les mains des marchands du Petit Palais. On me dit que, malgré le battage de la presse, leur exposition n'a aucun succès.

Chez les Kapferer où j'arrive tard, je rencontre Laprade qui me confirme sa lettre. On semble gêné chez les Kapf[erer]. Quelle drôle d'époque où la petite femme d'un banquier tout à coup se met critique d'art, rédacteur en chef d'une revue pour défendre les coups de Bourse que son mari fait sur les tableaux. Et la foule accourt.

23 [juin 1937]

Mon jour à l'École. Innombrables réceptions : Roger, Boucher, Bouchard, Gaumont, pour le projet d'ensemble de l'Exposition. On est content de mon idée. Puis Yv[onnne] Desportes, R[aoul] Laparra et ce jeune Petit, ce sculpteur élève de Niclausse, extraordinairement doué. Je lui conseille vivement de faire le concours de Rome. Je ne lui conseille pas d'entrer à l'École. Il serait bien de faire concourir et de récompenser, s'il le mérite, un jeune artiste n'ayant pas passé à l'École. C'est tout à fait l'esprit du concours.

Et voilà que je reçois le plus surprenant coup de téléphone de Siméon :

— Après tout, me dit-il, on peut très bien maintenir les professeurs, les chefs d'atelier qui n'ont pas de retraite, jusqu'à 70 ans et même 75 ans, et même plus…

Ça a l'air d'une rigolade. Voilà plusieurs mois que j'en parle à Huisman et au ministre et que tous deux me répondent :

— Impossible! Le Conseil d'État est irréductible.

Aujourd'hui Siméon me dit :

— Ça ne dépend que du ministre.

En somme je gagne, mais pas pour les raisons que je donnais. Parce que H[uisman], dans l'impossibilité de nommer les artistes-courtisans de son choix, aime mieux garder ceux qui sont là. Il attend d'avoir son Conseil docile.

24 [juin 1937]

Inauguration du pavillon de la Grande Masse à l'Exposition. Tous s'étaient déguisés de manière très amusante en personnages officiels. On attendait le ministre qui n'est pas venu. C'est à P[aul] Léon et à Huis[man] que Trouchaud et Dufau ont fait d'amusants discours. Paul Léon a répondu non moins drôlement. Tout ça c'est très bien. Ce qui est moins bien, c'est le pavillon et la sculpture assez faible qui le précède. H[uisman] avait confié[9] cette réalisation à la grande masse, donc aux élèves. Pontremoli, directeur à ce moment, a laissé faire. Sans doute ne pouvait-il faire autrement? C'est quand même l'École des b[eau]x-a[rts]. On ne fait pas la démarcation. À côté, il y a le pavillon de l'École des Arts décoratifs. Il est fort ennuyeux, mais il montre mieux l'activité intérieure de l'établissement. Il montre en même temps que l'art décoratif ou plutôt les arts décoratifs sont le moindre souci[10] de cet établissement. On y fait surtout de l'architecture utilitaire et pratique exactement le contraire de ce qu'on y devrait faire. Partout le manque d'ordre et de méthode. Quelques modèles d'affiches. L'amusant est que le pavillon de la Grande Masse est de caractère décoratif. Celui de la rue d'Ulm est une grande cage vitrée sans aucune recherche de cet ordre. Ce serait amusant à développer, cette faillite de l'École des Arts décoratifs.

Après la petite fête à l'Exp[osition] déjeuner avec tous les massiers de l'École. Ils avaient invité aussi Huisman et Berlioz. J'ai de plus en plus l'impression que toute cette gaieté est bien artificielle. Cette jeunesse, en ce moment, on la grise en la flattant. Huis[man] est très responsable. Il les a persuadés que chanter la chanson du Pompier ou la Fanfare de Bagnolet est le fin du fin de l'esprit. Maintenant on se met debout pour chanter ces âneries d'atelier. Je ne parle pas des couplets excessivement grossiers comme au régiment.

Berlioz parle de la prolongation éventuelle de la limite d'âge des professeurs, et encore de la création d'ateliers extérieurs, idée néfaste, héritage de Pontremoli qui voyait bien faux à ce propos. Comme c'est conditionné par une question d'argent, j'arriverai à empêcher cela.

Chez Marguerite Long, il y avait le consul de France de Bari, M. Chastan. La vie, dans ces petites villes, devient insupportable pour les Français. Il assiste continuellement à des embarquements de soldats italiens pour l'Espagne.

25 [juin 1937]

Après un déjeuner à la Tour Eiffel (Société Art et Industrie), à l'École où avec Wanda Rabaud nous faisons le choix des tableaux anciens pour la rétrospective de l'École des beaux-arts. Je vois de près un torse magnifique de Couture. Nous montrerons les grands prix de David et de Ingres. Qui, devant ces productions faibles aurait pu prédire la gloire future de ces hommes? Ces toiles contiennent d'ailleurs déjà beaucoup des caractéristiques de leur talent, comme le visage d'un jeune homme celui de l'homme d'âge mûr. Il y manque en apparence tout ce qui fera leur vraie gloire, à l'un et à l'autre, l'émotion directe, mais ce réalisme, impitoyable parfois, y est également. (La force de l'Achille, chez Ingres; Antiochus chez David.) L'examen de ces deux tableaux est fort utile, qui nous montre l'utilité de cet enseignement sérieux.

Puis séance plénière de cette commission de réforme de l'enseignement des B[eau]x-A[rts]. Vers quel but va-t-on? Le directeur de l'enseignement technique était là, qui m'a semblé fort intelligent, mais à côté des questions précisément parce que non technicien.

M. Lamblin et M. Siméon me confirment que la limite d'âge des professeurs de l'École sera portée à 70 ans. Time Danaos.

26 [juin 1937]

L'exposition du Petit Palais. Tour rapide, avec intention d'y revenir, non parce que j'y ai rien découvert de vraiment bien et émouvant, mon impression ayant été exactement contraire, d'étonnement même devant tant de pauvreté d'imagination et d'affaiblissement d'exécution, mais pour ne pas rester sur le plan superficiel. Une autre impression, peut-être la dominante de toutes ces salles, c'est l'ennui, l'immense Ennui. Rien d'amusant, rien d'enthousiaste. C'est vieux, triste, sans conviction. De ci, de là, sans doute, Marquet, Ceria, Vuillard, qui continuent les impressionnistes, semblent comme d'agréables fleurs dans un champ de pommes de terre. Maurice Denis qui nous montre des choses très anciennes, ses meilleures, brille aussi. Guérin avec des toiles largement peintes. Le reste est désolant, ne mérite même pas l'indignation. On ne s'indigne pas devant un poitrinaire. On peut s'indigner, par contre, contre ceux qui veulent nous persuader qu'il est en bonne santé, et imposer sa contagion. Mais ça, c'est une autre histoire.

Regardé plus longuement les sculpteurs, parmi lesquels on a donné deux salles à Maillol et à Despiau. C'est comme les peintres. Maillol c'est l'ennui bête. Despiau c'est l'ennui rusé. Maillol est bête. La bêtise sort de sa moindre sculpture, de son moindre dessin. Je ne peux rien voir de lui sans penser à de grosses mains inexpressives de filles de cuisine. Despiau est malin. La ruse sort de tout ce qu'il fait, la ruse des faibles qui tournent les obstacles, laissent de côté les difficultés, les escamotent. Bustes, dessins, c'est toujours la même chose. Tout est truqué et de mauvais aloi. Je ne peux rien voir de lui sans penser aux mains inquiétantes d'un fouilleur de poches. Je me suis un moment laissé prendre à ses discours, si je ne me suis jamais laissé prendre à ses productions.

Les dessins, tous les mêmes, de même format, faciles à reconnaître, faciles à placer commercialement, avec souvent un réalisme de carte-postale transparent, ad usum delphini; c'est arrêté à temps pour ne pas faire manquer la vente [11]. Parmi mes élèves, nombreux sont ceux qui font de pareils [12] dessins et souvent bien meilleurs. Quant à ces fameux bustes : ah! oui ce buste! comme dit le père Coutan, sauf une dizaine de ses débuts, qui ont un charme volé à Schnegg sans sa construction, ils sont tous les mêmes. Ce petit travail de plâtre dissimule toutes les insuffisances. Il lui faut le bronze, avec ses faux reflets. Aucun ne serait exécutable en pierre ou en marbre car là, il faut que la forme soit suivie et serrée. Aussi ne s'y risque-t-il pas. Je ne parle pas des grandes? figures. Ce sont des agrandissements mécaniques. C'est méprisable. Maillol, lui est bon type. Même ici j'aime mieux n'en rien dire. Vollard s'en est emparé jadis.

Il semblerait que semblables rétrospectives devraient remettre aussitôt ces bonshommes à leur place, assez bas. Mais avec cette critique d'art vénale, ignorante, conformiste, apeurée et hargneuse, ça continuera comme devant. Le seul talent de ces gens-là, et celui-là ils l'ont bien, c'est de savoir s'en servir. Ils se sont subtilement glissé dans le sillage du grand Rodin et exploitent à fond la bienveillance qu'il leur témoignait à force de le flatter, et par contrecoup la publicité qu'ils en tirent à force de platitude. Je n'oublierai jamais dans cet ordre d'idées, Bourdelle retouchant sa Vierge, avant le vernissage de la Nationale, descendant de son échafaudage en vitesse et allant à la rencontre, chapeau bas et littéralement plié en deux, vers un petit critique à peine sorti du lycée, qui n'en croyait pas ses yeux.

27 [juin 1937]

Au Moulin. Je vais voir Darras[13], pour éclaircir cette histoire Sarraut. C'est évidemment Darras, innocemment(?) qui est à l'origine de ça. Il m'a avoué avoir raconté à Escholier la conversation de Gronkowsky que je lui avais répétée. Et c'est évidemment Escholier ensuite qui a été tout raconter à Sarraut en m'attribuant les propos de Gronkowsky qui lui-même répétait…, etc. Darras n'est pas malin. Escholier est un très douteux personnage. Moi, je suis un maladroit bien embêté, car j'aime beaucoup Sarraut et n'aurais jamais voulu, même en apparence, avoir l'air d'oublier les témoignages d'amitié qu'il nous a donnés. Il a beaucoup changé depuis, évidemment…

28 [juin 1937]

Commission d'achat au Salon. Je crois que nos anciens, ceux d'il y a seulement une trentaine d'années, seraient bien étonnés d'en voir la composition, tous ces critiques trafiquant, tous ces trafiquants amateurs qui en font partie. Oui, vraiment, fer rouge à mettre là.

Gaston Riou dînait. Très hostile à une intervention en Espagne. Affirme que la Russie pousse à la guerre générale, qu'il faut être extrêmement prudent.

29 [juin 1937]

Rue Montesuy pour la révision. Je me demande de plus en plus pourquoi tous ces clans? La même médiocrité caractérise ceux des Tuileries, de la Nationale et des Artistes français. Je crois même, sans parti pris, que ceux des Tuileries sont les plus médiocres. Il y a un groupe d'un certain Deluel et du nommé Cornet, c'est d'une pauvreté et d'une faiblesse d'exécution incroyables! Nos petits de l'École, au bout de deux ans, font mieux.

À déjeuner, George Blumenthal et sa jolie femme, Mme Dupuy, les Dorgelès, Jacques[14] et Nadine. Il ne s'est rien dit de sensationnel.

Le dîner annuel de l'atelier.

30 [juin 1937]

Exposition à l'École des Arts décoratifs, sa participation à l'Exposition 1937. Cassou et Terrasse l'inauguraient. Je comprends de plus en plus le reproche que font à l'orientation de cette École nos élèves. Elle devient de plus en plus une autre École des b[eau]x-arts. Même impression qu'à l'esplanade de l'École militaire. Les arts décoratifs y sont de plus en plus sacrifiés. L'architecture pratique y prend de plus en plus d'importance. La jeunesse qu'on y rencontre manifeste nettement son antipathie pour les représentants de l'École, et sa prétention. On tend aussi à y faire peinture et sculpture comme à l'École des b[eau]x-a[rts], alors qu'architecture, peinture, sculpture, devraient y être étudiés uniquement comme éléments de culture générale pour les arts appliqués. Je n'ai pas vu un seul modèle réalisé en matière quelconque, mais des dessins académiques, jusqu'à un modèle de fer forgé, mais en plâtre! Tout le problème est là.

Fin de journée. Jugement de la médaille des sénateurs. C'est le jeune Crouzat qui triomphe, contre une très bonne chose de Muller. Mais comme il y avait un groupe de vieillards, ces messieurs n'en ont pas voulu. On veut être jeune, au Sénat.

Dîner à la Banque de France, chez M. Labeyrie et Madame. Je découvre un grand amateur de peinture et de sculpture. Il s'est fait une très belle collection. Il a acheté récemment une grande toile qu'il croit de Poussin. Je ne sais pas. Mais c'est très bien. Il me raconte l'histoire suivante. Il a aussi acheté récemment, me dit-il, un Gauguin de Pont-Aven. Huygue et Alfassa, chargés d'organiser la prochaine rétrospective quai de Tokyo, venant choisir dans les collections de la Banque des toiles anciennes et des tapisseries, remarquèrent ce Gauguin et lui demandèrent de le prêter. Enchantement de M. Labeyrie.

— Combien voulez-vous l'assurer? lui demandent les organisateurs.

— Je l'ai acheté 500 F.

— 500 F! s'écrient ces messieurs. On ne peut pas assurer un Gauguin pour 500 F.

— Je ne peux pas demander plus.

— Nous allons étudier la question, expertiser et si vous voulez, nous vous ferons une proposition.

Trois jours après on lui téléphone :

— Que diriez-vous de 80 000 F comme base d'assurance de votre Gauguin?

— Si vous l'estimez ainsi, je n'ai rien à dire.

Il est très fier de sa trouvaille qui figurera au quai de Tokyo.

 

[1]    . Au lieu de : "critiques d'art", raturé.

[2]    . Suivi par : "Quand", raturé.

[3]    . Suivi par : "toujours", raturé.

[4]    . Suivi par : "notamment en développant sa section d'architecture", raturé.

[5]    . Au lieu de : "faux", raturé.

[6]    . Bigot et Bouchard.

[7]    . Au lieu de : "de ce genre", raturé.

[8]    Sforza ?

[9]    . Au lieu de : "remis", raturé.

[10]  . Au lieu de : "sont au dernier échelon", raturé.

[11]  . Suivi par : "Je connais", raturé.

[12]  . Au lieu de : "d'aussi bons", raturé.

[13]  . Suivi par : "Je voudrais", raturé.

[14]  Jacques et Nadine Chabannes.