Novembre_1958

Carnet 61

19 novembre 1958

Matin à l'esquisse de La France[1]. C'est un peu du "masochisme" mais du bon narcissisme. C'est, en soi, une esquisse excellente. Quel dommage! Et le mal que ça me fait, ça c'est du masochisme mauvais.

Institut. Réception de Laprade qui fait un très bon discours. Bouchard l'a reçu par un petit papier moins mauvais que d'ordinaire. Tremblement excessif des mains.

Après la réception Laprade nous sommes restés pour celle des Grands prix de l'année et les pensionnaires actuels présents à Paris pour l'exposition des Envois. Pas fameux cette année même pour les peintres et très mauvais pour les sculpteurs. Ces jeunes hommes partent là-bas insuffisamment préparés. Presque tous sont attirés par l'atelier Janniot dit "L'art Monumental" où on travaille beaucoup de chic. Alors, ces pauvres garçons continuent à sculpter de chic. Ils ne savent pas se servir d'un modèle et encore moins poursuivre une forme "près du modèle". Nous étions très peu nombreux.

Le pensionnaire de 1ère année, Courtin, envoie un haut-relief : Les bâtisseurs. Un bon sujet, mais d'une grande ignorance de la composition. Deux personnages principaux dont l'un semble posé debout sur la cuisse de l'un d'eux qui est assis et dont la cuisse est beaucoup plus courte que l'autre. Pour la perspective sans doute! Le pensionnaire de 2ème année, M. Robin, comme envoi réglementaire envoie l'esquisse d'un groupe, très insuffisamment affirmée. Avant de passer au marbre, il serait nécessaire d'étudier sa composition dans une dimension réduite. Ce jeune homme a exécuté en outre, en tôle ou en fer, un ouvrage ajouté à la soudure autogène! Influence néfaste de l'arriviste Leygue. Enfin, le pensionnaire de dernière année expose deux envois à tendance réaliste. D'exécution également très faible. Ce jeune homme s'appelle Rigaud.

Fini la lecture de Pèlerinage d'un yogi hindou, Swami Ramdas qui croit, aussi fermement que la petite Bernadette à la vision de la conception immaculée, que Rama le protège dans toutes les actions de sa vie. C'est délicieux et charmant. Mais quelle singulière et, après tout, facile manière de comprendre la vie, de décider de ne rien faire et de se mettre à mendier.

20 [novembre 1958]

La Russie éprouve le besoin de créer des incidents à propos de Berlin. Le fait est que tout le monde dort dans la situation non réglée de l'Allemagne. Berlin coupée en deux. Le réveil de la question tient-il au fléchissement apparent du communisme en France?

21 nov[embre 1958]

Cette statue de la France! Quel malheur d'y avoir pensé depuis 1942, exactement, et de ne l'avoir entreprise que maintenant! Conçue comme maîtresse et présentée comme sur l'esquisse actuelle, c’aurait été sensationnel. Certainement le meilleur de mes monuments de guerre, et je peux dire le meilleur de tous les monuments des deux guerres, qui, au fond, ne forment qu'une seule guerre.

22 nov[embre 1958]

Repris et énormément amélioré la petite tête de Bernadette.

23 nov[embre 1958]

Commencé la lecture du Docteur Jivago[2]. Me paraît remarquable.

24 nov[embre 1958]

Rapport désagréable à faire sur les envois de Rome.

Élections confirment le référendum. En fait, on ne sait pas trop ce qu'on a voté. Mais je regrette énormément l'échec prévu de Mendès-France.

25 nov[embre 1958]

Tête de Bernadette. Grosse amélioration.

26 nov[embre 1958]

Remis en place la tête de Bernadette[3] : gain énorme. Je crois vraiment que c'est parfait maintenant.

Institut. Je lis d'abord en commission mon rapport sur les envois de Rome des sculpteurs. Si mauvais.

En séance, on nous dit que les chefs d'atelier des sculpteurs demandent qu'une épreuve d'après l'antique soit ajoutée aux essais pour la montée en loges. Je trouve ça idiot et inutile. Évidemment la section acceptera. Comme si l'essai d'après nature n'était pas suffisant! Le comique, c'est que ce sont les chefs d'atelier - soi disant avancés - qui reviennent à ces vieilles erreurs de l'enseignement du passé. L'éternel balancier!

27 [novembre 1958]

Repris Shakespeare.

Dans l'Express articles remarquables de Mauriac et de Pierre M[endès]-F[rance]. Tous deux voient clair. Je ne crois pas que de G[aulle] ni M.D. voient loin. Ils sont prisonniers d'eux-mêmes.

Lecture : Jivago. Ce Pasternak est remarquable.

28 novembre [1958]

Passé revoir le mon[umen]t du Trocadéro[4]. Ce n'est pas du meilleur P[aul] L[andowski]. Mais, comme disait ma petite Laurence[5] d'elle-même : "Ce n'est pas si mal que ça!"

Les Dumas de passage à Paris pour son exposition rue de Varenne. Sont enchantés de Bernadette.

29 nov[embre 1958]

Shakespeare : motif du roi Lear.

30 nov[embre 1958]

Les élections. Beaucoup de votants. Déjà on peut conclure, du point de vue électoral, à l'écrasement du parti communiste, à la faillite du parti socialiste S.F.I.O., à la disparition sans tambour ni trompette du parti radical, et au triomphe paradoxal de la droite!

Je prends cette nuit la décision d'exécuter sans tarder La France, à laquelle je pense depuis 1942, dans un geste aux bras ouverts, d'accueil, d'offrande et de protection.

[1] Nouveau projet pour le monument A la Gloire des armées françaises.

[2] De Boris Pasternak.

[3] Sainte Bernadette.

[4] A la Gloire des armées françaises.

[5] Laurence Caillet-Tchang.