Octobre-1921

Cahier n°10

1er octobre [1921]

Comme c'est long de faire une bonne chose. Toujours au Monument de Schaffhouse, très avancé, mais pas fini encore. J'approche. Monsieur et M[ada]me Bernheim sont venus déjeuner et ont été fort contents. Mme Bernheim est une femme remarquablement intelligente.

Cet après-midi, j'ai eu la surprise de la visite de la charmante Madame A. Elle venait me demander de sculpter son tombeau :

— Au lieu de faire des banalités, ne trouvez-vous pas que ce serait très bien de me sculpter couchée, toute nue, dans des fleurs.

J'ai approuvé vivement cette idée, évidemment. Elle est partie et je ne la reverrai sans doute pas avant six ans.

2 [octobre 1921]

Chez M. Salomon Reinach j'ai raconté ce soir, devant plusieurs archéologues et experts, l'histoire de la tête grecque sculptée dans un vieux marbre de Paros par S[ain]t-Marceaux et classée ensuite, malgré lui, comme un des plus purs exemples de l'art grec du VIe. Mon histoire a été accueillie fraîchement. Il y avait là le nouveau jeune directeur de l'École d'Athènes. Il est très très sympathique.

4 [octobre 1921]

À la suite de l'histoire du comte de Fels que m'avait racontée Lélio, j'avais demandé à Alfred d'aller chez ce Visseaux, de s'y présenter comme éventuel client, et de tâcher de voir si on exécutait là des démarquages de mes esquisses. Alfred vient de me téléphoner. On exécute en effet pour Voisins deux énormes groupes, ces groupes sont destinés à la pièce d'eau, dont M. de Fels m'avait dit qu'il me confierait la décoration. Il paraît que c'est affreux.

5 [octobre 1921]

Le docteur Gosset et Ladis[1] ont décidé l'opération du petit Marcel[2]. Le petit est dans une joie délirante.

6 [octobre 1921]

Nouvelles recherches pour la place exacte de l'enfant dans le Monument de Schaffhouse. Pas encore ça, à cause du bras plié de la femme.

7 [octobre 1921]

Toujours au Monument de Schaffhouse. C'est par le bras de la femme que je trouverai la place exacte de l'enfant. Aujourd'hui, c'est beaucoup mieux.

Travaillé aussi à la statue de Mme Darracq, à la médaille du docteur Brocq.

8 [octobre 1921]

Monument Schaffhouse s'arrange de nouveau tout à fait, J'entrevois la fin. Invitation du comte de Fels à venir à Voisins jeudi prochain...

9 [octobre 1921]

Travaillé au buste de Mme Blumenthal. Après-midi perdu. Visites des uns et des autres.

10 [octobre 1921]

Schaffhouse[3] tout à fait sorti. Bonne séance du buste du docteur Gosset, qui doit demain opérer Marcel. Il m'a raconté ce mot de Clemenceau. Comme après son attentat, Gosset appelé d'urgence arrivait, il trouve Clemenceau assis. Son premier mot à Gosset fut :

— Quel dommage. Quelle apothéose !

Ce moment fut l'origine de la nouvelle fortune politique de Millerand. Tenu à l'écart depuis son départ du ministère de la Guerre, il fit demander à Clemenceau de venir le voir. Clemenceau accepte. Peu après il le nomme haut commissaire à Strasbourg.

11 [octobre 1921]

L'opération du petit Marcel parfaitement réussie. Le pauvre petit a passé une horrible journée et ne considère plus l'opération comme une partie de plaisir.

12 [octobre 1921]

Madame Stern, la sœur de Madame Blumenthal et Madame Mühlfeld sont venues voir le buste aujourd'hui. Si je devais tenir compte de leur impression, je serais découragé. C'est un buste affreusement difficile et qui ne donnera son plein effet que lorsqu'il sera tout à fait terminé.

13 [octobre 1921] Voisins

Explications embarrassées du comte de Fels, qui me parle de sa commande à Visseaux, celui-ci lui ayant supplié de lui confier cet ensemble. Déjà, des deux côtés de l'escalier, deux horribles statues en plâtre sont posées.

— Voilà, me dit le comte de Fels, je ne peux pas accepter ces horreurs. Je lui ai fait dire de les enlever. Et je serais très heureux que vous acceptiez de me sculpter les deux statues.

Je regrette de n'être pas riche et de n'avoir pas pu le renvoyer à Visseaux.

Il y avait le duc et la duchesse de Camastra [4] que je vois toujours avec plaisir.

16 [octobre 1921]

Charmant déjeuner chez Mme Blumenthal. Après le déjeuner, Gaston Riou nous fait les honneurs de la maison. J'ai surtout admiré un dessin de Reynolds, admirable. Pourquoi la Joconde a-t-elle une réputation pareille ? Cette tête de femme par Reynolds est mieux, et j'en connais d'autres aussi belles.

17 [octobre 1921]

Simonin me raconte que Gaudissart est dans un état de fureur indescriptible parce que je fais le concours d'Alger, qu'il m'en veut au-delà de toutes limites ! Pauvre Gaudissart. Parmi ses imprécations il aurait été jusqu'à me reprocher de "travailler comme un nègre !" Évidemment je suis un grand misérable.

À L'Or du Rhin. Soirée musicalement admirable. Mais ce n'était pas la peine de prendre la direction de l'Opéra avec tant de fracas, avec l'annonce d'un renouveau sensationnel, pour nous donner une aussi piètre, ridicule mise en scène.

19 [octobre 1921]

Aujourd'hui durant sa séance, le docteur Gosset me raconte que la guerre démoralisa même les sœurs de charité. Il reçut un jour la visite d'une dame dont il reconnaissait le visage sans pouvoir se rappeler où il l'avait vue. Ce fut elle qui le lui rappela en lui disant :

— Je suis la sœur X..., de la rue Bizet. Je m'habille en civil lorsque je sors pour voir mon ami. C'est un de mes anciens malades, un blessé de guerre. Nous allons partir au Maroc, et je viens vous demander de vouloir bien nous aider pécuniairement.

Très bon travail. Le Monument de Schaffhouse[5] marche à grands pas vers la fin.

22 [octobre 1921]

L'envoi de Rome de Mlle Heuvelmans répond à tout ce que j'attendais de cette femme si laide et si antipathique ! Cette défilade de gens ivres est sans intérêt. Il n'y en a guère plus dans les autres envois. En m'en allant je rencontre Heuvelmans et Segoffin parlant ensemble. Les visages sont bien le reflet du caractère des gens. Parmi les peintres j'ai regretté que Dupas qui était si original se laisse tellement influencer par la sottise "moderniste", et soit tombé dans des formules qui seront démodées l'année prochaine.

 

 

25 [octobre 1921]

Retour de Rouen et Grand-Couronne. L'inauguration fut, comme toujours, très émouvante. La cérémonie dans la petite église m'a beaucoup frappé. Effet surprenant et magnifique de la fanfare jouant dans l'église.

Musée de Rouen est fort intéressant. La célèbre Zélie d'Ingres mérite sa réputation. Delacroix magnifique. Mais comme la peinture moderne est techniquement mauvaise. Je remarque une Cathédrale de Monet, déjà tout écaillée. La couleur s'en va par petites plaques.

26 [octobre 1921]

L'esquisse du Monument Paul Adam vient très bien.

Voilà l'infortuné Charles IV[6] embarqué dans une nouvelle aventure.

31 [octobre 1921]

Bigonet me téléphonant me dit que Gaudissart, entre autres choses, tâche de faire courir le bruit à Alger que je suis juif !

 

[1]    Ladislas Landowski.

[2]    Marcel Landowski.

[3]    Suisse consolatrice (A la).

[4]    . Suivi par : "et d'autres personnes", raturé.

[5]    Suisse consolatrice (A la).

[6]    . Empereur d'Autriche, roi de Hongrie de 1916 à 1918, il tente de reprendre le pouvoir en Hongrie.